Sept raisons de nous réjouir du BrexitSept raisons de nous réjouir du Brexit

Sept raisons de nous réjouir du Brexit

« I want my money back », je veux qu’on me rende mon argent : la célèbre formule de Margaret Thatcher résume de façon lapidaire la vision européenne de la Grande-Bretagne, guidée par son intérêt financier et commercial au détriment de toute solidarité collective.»« I want my money back », je veux qu’on me rende mon argent : la célèbre formule de Margaret Thatcher résume de façon lapidaire la vision européenne de la Grande-Bretagne, guidée par son intérêt financier et commercial au détriment de toute solidarité collective.»
« I want my money back », je veux qu’on me rende mon argent : la célèbre formule de Margaret Thatcher résume de façon lapidaire la vision européenne de la Grande-Bretagne, guidée par son intérêt financier et commercial au détriment de toute solidarité collective.»
1 - La fin du (scandaleux) rabais british
Le corollaire immédiat du Brexit sera la fin de la libre circulation des marchandises avec l’Union, et l’instauration de nouveaux accords douaniers.
2 - De nouvelles négociations douanières à l'avantage de l'UE
3 - On soulagerait enfin Calais
Conséquence du point précédent, la libre circulation des ressortissants européens signifierait aussi la fin du point de fixation de Calais, puisque les passages ne seraient a priori plus contrôlés entre la France et le Royaume-Uni.
L’accord conclu le 20 février ouvre la porte à une Europe à la carte, où les pays qui le souhaitent peuvent avancer dans une intégration plus poussée.
4 - La clarification européenne, c’est maintenant
C’est probablement l’un des effets les plus jouissifs du Brexit : de nombreuses banques envisagent désormais de réimplanter des équipes à Paris, Dublin ou à Francfort en cas de Brexit.
5 - La délocalisation de la City à Paris.
Ils adorent nous détester, mais leur claquer le beignet après tant d’insolence fera un bien fou.
6 - Un peu d'english bashing...
7 - C’est bon pour la francophonie
64 millions d’anglophones exfiltrés de l’Europe, ce n’est pas une paille.